Participera, participera pas …? Alors que, dans le monde, de plus en plus d’organisations apportent leur soutien à l’idée universelle d’autodétermination, le royaume n’a pas su comment faire pour tenter de modifier les positions des pays qui participaient, fin novembre, au 4ème sommet arabo-africain en Guinée équatoriale.octobre 2013 1163

Pour le constater , on peut lire le bras de fer raconté dans jeune Afrique.

Toutes ces manœuvres sont dans le prolongement de l’envie affichée par M6 d’intégrer (réintégrer) l’Union Africaine … mais sans la présence des représentants du Sahara Occidental !!! Alors les services sont priés d’user de la « diplomatie de l’argent » … et d’une « propagande » orchestrée tous azimuts pour faire croire que l’Afrique était divisée sur la question du Sahara Occidental

A l’arrivée, le roi a davantage perdu car il a fini par exaspérer l’ensemble des membres de ce sommet. Et Seuls quelques pays parmi lesquels le Bahreïn, le Qatar, le sultanat d’Oman, la Jordanie et le Yémen l’ont suivi dans sa demande de rejet du Sahara Occidental. Et surtout, … le Koweït et l’Égypte ne l’ont pas suivi. En prime, Mme Dlamini Zuma, présidente de la Commission de l’Union africaine a déclaré : « Nous continuerons à soutenir les peuples palestinien et sahraoui jusqu’à ce qu’ils recouvrent leurs droits nationaux. » Et pan sur le bec comme l’écrit le « Canard Enchainé »

Et si on n’a pas encore bien compris comment fonctionne le roi, on peut aussi lire sur le site africaintelligence comment viennent de pleuvoir des ouissams* : « Le 30 novembre aura été un jour de fête pour les amis de Rabat en France. Juste après que le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius, ait remis la Légion d’honneur à la ministre marocaine déléguée à l’environnement, Hakima el-Haïté (MC nº1225), à 18h30 c’était au tour de l’ambassadeur du royaume, Chakib Benmoussa, de décerner des Ouissams à quatre personnalités, lors d’un dîner à sa résidence.
Le député Luc Chatel, président du groupe d’amitié France-Maroc à l’Assemblée nationale, a été fait commandeur, comme la sénatrice Bariza Khiari, d’origine algérienne mais qui ne cache pas son affection pour Rabat (MC nº1177). Jean-Louis Guigou, patron du think-tank Ipemed et dont l’épouse, la députée Elisabeth Guigou, n’a pas ménagé sa peine pour ressouder l’axe franco-marocain en 2015 (MC nº1138), a lui aussi reçu son ruban orange. Quant à Abderrahim Hafidi, il a été fait chevalier, le grade le plus élevé. Cet universitaire, qui préside depuis 2014 l’association produisant l’émission Islam sur France 2, va être en première ligne pour influer sur la future Fondation pour l’islam de France , qui devrait être présidée par Jean-Pierre Chevènement. Une tâche d’autant plus ardue que ce dernier est proche d’Alger. »

Et pour confirmer le développement de la liste des soutiens de ce combat perpétuel : Le Représentant de la Confédération générale des travailleurs de France, Nejat Ferouse, a réitéré samedi à Boudjedour le soutien de la CGT  aux travailleurs sahraouis et appelé à l’accélération du processus de décolonisation du Sahara occidental, occupé par le Maroc depuis 1975.

« Nous sommes ici pour exprimer notre soutien total aux travailleurs sahraouis notamment ceux trouvant dans les territoires occupés par la Maroc », a indiqué M. Ferouse dans une déclaration à l’APS, samedi, en marge des travaux du 8e congrès des travailleurs sahraouis qui se tient du 3 au 5 décembre à la wilaya de Boudjdour (camps des réfugiés)

« Les gouvernements français successifs, surtout les socialistes n’ont pas tenu leurs promesses envers les Sahraouis », a-t-il regretté, rappelant que « l’actuel ministre des Affaires étrangères, Jean Marc Ayrault avait affirmé que les socialistes allaient être du côté des Sahraouis et de la légalité internationale.

« Mais une fois qu’ils ont pris les commandes du pouvoir, ils ont changé de position », a-t-il ajouté, appelant à l’organisation « rapide » d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental conformément aux résolutions internationales.

Les travaux du 8e congrès de l’Union générale des travailleurs sahraouis de Sakiet El-Hamra et ouad-Edhahab (UGTSARIO) ont débuté samedi à Boujdour, en présence du Premier ministre, Abdelkader Taleb Amar, des membres du Secrétariat national du Front Polisario et du gouvernement, du Conseil national saharaoui, des représentants des travailleurs sahraouis et de plusieurs représentants de divers syndicats étrangers.Des syndicalistes de divers pays participent à ce congrès.

Enfin, pour conclure, on apprend que la société civile espagnole ainsi que des institutions élues et des personnalités politiques, artistiques et des écrivains et journalistes ont lancé une campagne demandant à l’Espagne, actuelle présidente du conseil de sécurité des Nations unies, à « assumer sa responsabilité historique et juridique vis-à-vis du Sahara occidental et à œuvrer pour la tenue d’un référendum d’autodétermination devant permettre au peuple sahraoui de décider de son avenir et mettre ainsi fin à un conflit qui dure depuis plus de 40 ans ».

 

*ouissam : Le ouissam alaouite est toujours décernée aujourd’hui aux ministres, aux diplomates, ainsi qu’aux personnalités étrangères (et non marocaines) ayant rendu des services éminents au royaume

Publicités