Les récentes « manœuvres » marocaines d’intimidation au sud du territoire occupé continuent de faire des vagues !

Après les « préoccupations » exprimées il y a quelques jours par le Secrétaire Général de l’ONU, c’est aujourd’hui le tour du Président de la Commission de l’Union africaine (UA), le Dr Nkosazana Dlamini-Zuma de s’interroger sur les motivations de la provocation royale… sous le prétexte de goudronner un morceau de route le long de l’océan …

Une frontière a été délimitée entre le territoire occupé par le Maroc et le territoire libéré par les Sahraouis, en particulier, à proximité de la Mauritanie. C’est à « Al Guergarat », à cet endroit précis, à la pointe de l’Afrique, que le roi a décidé de provoquer les sahraouis, sous l’œil de la Mission des Nations Unis (MINURSO) chargée de surveiller le cessez le feu et de mettre en œuvre le référendum sur l’autodétermination.MINURSO

Cette avancée marocaine a nécessité le déploiement de soldats sahraouis qui ne comptent pas répondre aux provocations mais qui se disent prêts à défendre toute incursion marocaine sur le territoire libéré !

Le Président de l’UA saisit cette occasion pour « demander au Conseil de sécurité de l’ONU d’accélérer la mise en œuvre de la résolution 2285 (2016) du 29 Avril 2016, afin de restaurer la fonctionnalité complète de la MINURSO et de permettre à cette Mission d’accomplir son mandat, y compris superviser l’accord de cessez-le dans le territoire. »

Est-ce parce que le Front Polisario a marqué plusieurs points diplomatiques ces derniers mois que le roi joue ce nouveau jeu ? Au mépris des règles internationales …

Publicités