L’année 2015 s’est bien terminée pour les sahraouis … plusieurs prises de position (lire nos précédentes publications) ont permis un éclairage nouveau.

Souhaitons donc que l’année 2016 soit une « BONNE ANNÉE » !

Fortes de ces dernières avancées, les associations qui soutiennent les combats sahraouis veulent « enfoncer le clou » !

alors YALLAH !

DSCN3418

Pour qu’enfin un referendum soit mis en place, nos amis suisses ont mis une pétition en ligne ; plus de 1300 personnes l’ont signée en quelques jours : Les personnes soussignées demandent au Conseil de sécurité de l’ONU d’organiser, avant la fin de l’année 2017, le référendum d’autodétermination au sein de la population sahraouie suivant les règles du Plan de paix de 1991. Le peuple sahraoui doit pouvoir jouir pleinement de son droit à disposer de lui-même, ainsi que l’établit la Charte des Nations Unies.

 

La pétition avec toutes les signatures récoltées sera remise au Conseil de sécurité de l’ONU au mois de septembre 2016, avant la session de la Commission de décolonisation, aux sièges de l’ONU à Genève et à New York.

pour signer : c’est là

par ailleurs vous lirez avec intérêt cet article qui date de quelques mois ;

on y apprend que le secrétaire général du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, est lui-même le président de la commission parlementaire pour soutenir le Polisario. Il a même voyagé au Sahara en Février 2014.
Au cours des dernières années la Grande-Bretagne est devenue l’un des plus critiques envers le Maroc au sein de l’Union européenne  en particulier sur la question du Sahara occidental.
Avec la Suède, Londres a été le plus exigeant avec le Maroc lors du renouvellement de l’accord de pêche entre Rabat et l’UE en 2013 ; la GB a même réussi à introduire des mesures dans cet accord pour savoir si la population sahraoui bénéficierait, ou pas, de compensation financière.

Après l’évolution de la position suédoise voilà donc que l’Europe prend une nouvelle position … Et la France ?

Nous avons « sensibilisé » quelques députés … parmi ceux qui sont dans le « groupe d’études Sahara Occidental »

 

Publicités