Quand un pays occupe un autre pays, on dit que c’est un colonisateur

Il y en a existé beaucoup au cours des siècles derniers mais il en existe encore aujourd’hui quelques uns dans le monde.

La France a débuté sa colonisation au XVIème siècle en Amérique du nord et en a conservé quelques territoires tels que la Guadeloupe ou la Martinique mais aussi la Guyane en Amérique du sud.

Plus récemment, à partir de 1830, « l’empire colonial » se situe en Asie (Indochine) et en Afrique équatoriale et occidentale (Sénégal, Gabon, Côte d’ivoire, …) et plus au nord ; ainsi, l’Algérie fut française à certaines époques et le Maroc et la Tunisie furent des protectorats.

Pour tous les colonisateurs, à chaque « prise », un intérêt économique et/ou géopolitique et souvent religieux. Du sucre d’Amérique au blé d’Algérie, en passant par les « comptoirs » des Indes, ou l’or et les diamants, … les colonisateurs exploitaient déjà les ressources dont ils faisaient commerce.

Une autre conséquence de la colonisation a été le découpage arbitraire de nouveaux états, au mépris des ethnies, parfois séparées par les limites imposées.

L’Algérie a retrouvé son indépendance en 1962, la France reconnait la fin de son protectorat sur le Maroc en 1956 suivie la même année par l’Espagne. Seules restent encore aujourd’hui les enclaves de Ceuta et de Melilla ; sachant que le Sahara Occidental était, depuis 1884, une colonie espagnole …protectorat espagnol et sahara espagnol  protectorat espagnol

Pour la France, un des derniers territoires libérés date de 1980 avec le Vanuatu (ex Nouvelles Hébrides) qui compte 240 000 habitants … ce groupe d’iles a fourni de nombreux esclaves et du bois de santal !

Aujourd’hui, chacun s’accorde à dire que l’économie marocaine dépend de plus en plus des ressources naturelles des zones occupées au Sahara Occidental.
Le phosphate, la pêche, l’agriculture (surtout les tomates)…
A qui profite l’exploitation de ces ressources ?
Et qui fournit l’emploi ? Pour la grande majorité, ce sont les colons marocains. Les sahraouis qui vivent sous l’occupation souffrent de la marginalisation et de la privation de leurs droits socio-économiques les plus fondamentaux.
Ainsi, grâce au phosphate (essentiellement engrais pour l’agriculture intensive) extrait à Boukraa, le royaume est le 2ème producteur mondial derrière la Chine et devant les Êtas-unis. Voir les chiffres de la production de phosphate
Si l’accord avec l’union européenne pour l’exploitation de la pêche au large des côtes a finalement été reconduit fin 2013, c’est sous une condition : que le royaume s’engage à respecter les droits de l’homme dans le territoire occupé. Implicitement l’Europe reconnait qu’il y a là un problème … mais versera une contrepartie financière annuelle de 40 millions d’euros au Maroc ! Quelles retombées pour les sahraouis ? Quelques emplois dans les usines de conserverie … mais si des voies s’élèvent contre les conditions de travail … c’est le bâton qui répond ! Des tags sur les murs d’El Aaiun disaient clairement :  » Où sont nos droits dans l’accord de pêche? » De plus, pour plusieurs organisations, dont WSRW, cet accord est également  »une mauvaise affaire » pour les stocks de poissons de la région : un rapport de Greenpeace a exhorté l’UE à ne pas l’approuver pour des raisons environnementales. Enfin, pour clore ce sujet, on constatera qu’un enfants sur cinq souffre de malnutrition dans les camps de réfugiés sahraouis !
Reste les tomates et les immenses serres royales qui s’étendent autour de Dakla …Ces produits ont habituellement des fausses étiquettes «Maroc» alors que les productions sont clairement sur le territoire du Sahara Occidental sur lequel le Maroc n’a aucune souveraineté.
Et comme il s’agit là de cultures intensives, hors sol, qui nécessite d’énormes quantités d’eau pompées dans la nappe phréatique au détriment des populations locales qui s’inquiètent sur le court terme;
Ces produits (beaucoup de tomates cerises) sont proposés dans les supermarchés français sous les marques « Idyl », « Azura « et aussi « Etoiles du sud » au mépris flagrant du droit international !
9-3-15 intermarché Laxou
Car sur cette étiquette, « ils » ont osé écrire que Dahkla est au Maroc !!!
Publicités