Comme l’écrivent nos amis du comité belge de soutien au peuple sahraoui, les ressources du territoire (poissons aux larges des côtes, phosphate, tomates …) sont exploitées sans que la population locale n’ait le retour, ni en terme d’emplois, ni en termes de retombées économiques. C’est finalement la même chose qu’avec l’uranium au Niger ou de tant d’autres exemples en Afrique.

Alors, Erik Hagen, le président de Western Sahara Resource Watch, demande le lancement d’une campagne internationale afin de dénoncer les entreprises étrangères qui œuvrent de manière illégale dans le Sahara Occidental occupé.

Monsieur Hagen explique sur RASDTV qu’il est urgent d’expliquer aux instances internationales que ces opérations doivent s’arrêter ! Il a publié un article édifiant sur son site

On sait que de nombreuses manifestations pacifiques ont amené les sahraouis dans les rues de Lâayoun pour protester contre le projet d’exploitation pétrolière par l’entreprise Kosmos …contre forage Kosmos

La question des ressources sahraouis avait déjà été longuement et brillamment évoquée par Monsieur Hagen, en particulier dans « Lutter au Sahara » le livre sorti par APSO au début de l’année 2015. A la fin du chapitre consacré à l’accord de pêche avec l’UE et à la culture des tomates dans les serres royales, le président Hagen conclut :

Les ressources du Sahara Occidental appartiennent à son peuple, les sahraouis !

Pour conclure, est-il nécessaire de rappeler qu’AUCUN* PAYS AU MONDE N’A DE SOUVERAINETÉ SUR LE TERRITOIRE DU SAHARA OCCIDENTAL ?

*aucun comprenant le pays voisin, le Maroc … si toutefois ce n’était pas suffisamment clair pour tout le monde ! Le royaume étant le principal prédateur des ressources évoquées. A la lumière des explications sur le pillage, on comprend mieux les raisons marocaines de l’occupation du Sahara Occidental !

Publicités