Il y a 40 ans, lorsqu’ils ont du fuir leur territoire envahi, pendant leur long périple dans le désert entre le Sahara Occidental et les camps de Tindouf, les familles sahraouis ont parcouru le désert.

A chacune des étapes, le campement était monté. Et parmi les premières tentes, il y avait chaque soir celle consacrée à l’enseignement et celle destinée à la santé.

De tous temps, les sahraouis ont privilégié l’école. Aujourd’hui encore, dans les différents camps installés, chacun dispose d’une école pour garçons et filles.

 

IMG_20141020_114401  ici, au campement de Boujdour, c’est une école maternelle dont la construction a été permise par des organisations allemandes.IMG_20141015_103455Ce groupe de collégiens a pris possession de la bibliothèque de Smara pour un exercice de recherche sous la direction de Madame Selma Kabera

DSCN3376Et là, comme partout dans le monde, les enfants sont « en rang » avant d’entrer dans leur classe dans l’une des écoles primaires du campement de Smara.

Ayant donc constaté, d’une part, que l’école était une priorité et que, d’autre part, les sahraouis souhaitaient former des enseignants en français et en espagnol, l’ASPS Lorraine a donc répondu à une demande ; nous venons d’obtenir l’aide de collectivités pour la bibliothèque destinée aux futurs professeurs au camp de Aousserd.

Nous en reparlerons …

 

 

 

Publicités