La communauté internationale a des attitudes (postures ?) assez surprenantes … Elle établit des textes, souvent de grande valeur, mais ne les applique que lorsque ça arrange les dirigeants intéressés.

Ainsi, le 10 décembre 1948, les États Membres de l’Organisation Nations Unies qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris. Son préambule indique : L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des États Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

Dans le cas du Sahara Occidental, ça s’est clairement traduit ainsi : La « résolution 3458 » approuve le rapport de la mission de visite et les conclusions de la Cour internationale de justice, notamment la mise en place d’un référendum sur l’autodétermination, et prie toutes les parties concernées « de mettre fin à toute action unilatérale ou autre qui outrepasserait les décisions de l’Assemblée générale relatives au territoire » …

Mais ça c’était avant !!!

baston2

Car 40 ans plus tard, les sahraouis demandent toujours à utiliser leurs droits. Et en échange le roi du Maroc leur envoi les coups de bâtons … que ce soit hommes ou femmes, tous y ont … droit

Publicités