Le Sahara Occidental, territoire de 284 000 km² est une ancienne colonie espagnole, presque entièrement désertique, qui comprend deux régions principales :

Au Nord, le Seguiet el Hamra, et au sud le Rio de Oro.

CARTES DES Sahraouis de bdx

Le Sahara Occidental se situe en Afrique, sur la côte atlantique, entre le Maroc, au nord, et la Mauritanie, au sud. Sa population est estimée à l’heure actuelle à 600 000 habitants dont 160 000 vivent dans les campements de réfugiés , à proximité de Tindouf, au sud de l’Algérie. Les sahraouis parlent le Hassanya.

Ce territoire possède des ressources économiques importantes. L’un des plus important gisement au monde de phosphates et dont les réserves sont estimées à 10 milliards de tonnes. Des eaux côtières très riches en poissons. De plus , son sous-sol renferme probablement d’autres ressources telles que le fer, le pétrole, le cuivre, le nickel, l’uranium… et sans doute du pétrole au large de ses côtes !

Dès les années 1960, les Nations Unies avaient reconnu le droit inaliénable du peuple du Sahara Espagnol à l’auto-détermination. Dans l’objectif de préparer un référendum d’autodétermination, l’Espagne organise en 1974 un recensement. Mais face à la pression marocaine, l’Espagne signe en novembre 1975 les accords de Madrid, avec le Maroc et la Mauritanie, selon lesquels le Sahara occidental sera partagé entre ses deux voisins. (remarque : les représentants du Sahara Occidental ont étaient écartés de ces discussions !)

Pourtant, en octobre 1975, la Cour Internationale de Justice de la Haye recommandait l’application des décisions de l’ONU concernant le principe d’autodétermination.
Le Maroc et la Mauritanie passent outre et attaquent militairement le territoire.
La résistance sahraouie menée par le Front Polisario remporte de nombreux succès militaires et diplomatiques, et signe une paix séparée avec la Mauritanie en 1979.
La République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) est proclamée en février 1976. Admise en 1982 à l’OUA (Organisation de l’Unité Africaine ), elle y siège comme membre à part entière à partir de novembre 1984. Elle est reconnue aujourd’hui par plus de 80 États. En août 1988, le Maroc et le Front Polisario acceptent le principe d’un plan de paix proposé par l’ONU, prévoyant  » l’organisation et le contrôle par l’ONU, en coopération avec l’OUA, d’un référendum d’autodétermination du peuple du Sahara occidental ».

En 1992, faute d’accord sur les critères d’identification des personnes habilités à prendre part au vote, le référendum prévu par l’ONU est reporté sine die. Vingt années sont passées depuis l’entrée en vigueur du cessé le feu (6 septembre 1991) et le référendum n’a toujours pas eu lieu .
Le Sahara Occidental est toujours sous administration marocaine et 160 000 Sahraouis vivent depuis presque 40 ans dans des camps de réfugiés, en plein désert, au Sud de l’Algérie.
De l’autre côté d’un mur de sable, militarisé et miné sur l’ensemble de ses 2700km de sa longueur (oui, 2700km !!!) les familles se sont révoltées contre la maltraitance imposée par le royaume marocain. En octobre 2010, elles ont installé un village de tentes à l’extérieur d’El Ayoun, la capitale revendiquée. La police et l’armée les ont délogées avec fracas ! Les heurts ont faits des morts de part et d’autres.

Au final, 25 Sahraouis ont attendu plus de 2 ans en prison avant d’être condamnés par un tribunal militaire (!?) en février 2013 à de très lourdes peines (perpétuité pour certains).
La RASD s’est organisée de façon telle que, si demain un référendum lui donnait la possibilité de créer, enfin, son état, il lui suffirait de transposer la structuration existant à proximité de Tindouf, dans les territoires occupés. Tout est prêt. Ecoles, hopitaux, gouvernement, députés, … Il suffirait qu’on leur donne la parole et d’organiser le référendum qu’ils appellent de leurs voeux depuis …40 ans !

C’est simplement le droit des Peuples à disposer d’eux-mêmes.

Publicités